Loading...
ConcertsMusique

Dans la file d’attente d’un concert

Concert de the script à l'O2 arena à Londres

Pour ce nouvel article, j'ai décidé de changer un peu de style. Bienvenue dans l'univers décalé des addicts de musique et de concerts. Vous savez, ceux qui attendent des heures devant les portes des lieux des concerts, pour obtenir une place au plus proche de la scène, quelque soit le climat. Ceux qu'on voit en passant de l'extérieur à propos desquels on se dit qu'"on ne fera jamais ça !". Je vous raconte donc comment ça se passe dans une file d'attente de concert et pourquoi ce n'est pas si fou, finalement. Direction le concert de Imagine Dragons à Bercy le 22 février dernier.

9h. Réveil au son d’une musique du groupe que tu vas aller voir. Tu déjeunes au radar, c’était vraiment une mauvaise idée d’aller voir ta sœur (qui sera aussi au concert d’aujourd’hui) la veille pour une fondue et les verres de vin blanc qui vont avec … Tu es arrivé.e la veille au soir sur Paris.

10h. Dans le métro, tu essaies de deviner si d’autres personnes se rendent également aussi tôt sur les lieux du concert dans ton wagon.

11h. Tu rejoins tes ami.e.s près du lieu du concert. L'artiste/le groupe que tu vas voir ne déchaîne pas (encore) les passions extrêmes du public français. Heureusement, sinon tu serais arrivé.e encore plus tôt. Les portes n’ouvriront sûrement pas avant au moins 7h, mais il y a déjà des gens dans la queue. Car oui, quelques que soit l’heure à laquelle tu arrives, tu ne seras jamais le premier. Emmitouflés dans une couverture de survie, tu te demandes à quelle heure ces fous sont arrivés. On oublie un peu rapidement qu’aux yeux extérieurs tu apparais aussi timbré que ces personnes. Qu’importe, un peu d’hypocrisie n’a jamais fait de mal à personne. Hop, tu prends ta place par terre et tu commences à papoter avec les autres.

12h. Tu attaques le repas, après un rattrapage en règle des dernières nouvelles de chacun.e.

13h. Il fait froid (même si une semaine plus tard, tu seras vraiment reconnaissant.e que la vague de froid ait attendu une semaine de plus pour frapper la France), c’est l’heure de se bouger. Mission : trouver des toilettes publiques et se réchauffer les jambes.

14h. Après s’être un peu paumé.es autour de Bercy, c’est le retour dans la file d’attente. Tu commences des jeux de cartes, à lire des magazines/livres apportés pour l’occasion et à discuter vacances entre ami.e.s (C’est toujours pas gagné –‘). Activités presque normales jusqu’à qu’une de tes ami.es commencent à lancer le jeu : devine à quelle chanson je fais référence. La méga fan qui se contenait en toi depuis le début de la journée ressort.

16h. Il est temps de se mettre à une activité bien particulière des concerts en fosse : préparer la pancarte. Tu choisis avec tes ami.es une version classique : demander au groupe de jouer une chanson particulière (Petit conseil : choisir une originellement pas prévue ce soir-là). Cela ne fonctionne jamais, mais l'espoir fait vivre.

16h30. D’autres gens sont arrivés dans la queue, les vigiles commencent à resserrer les rangs dans la file pour ne pas (trop) envahir les rues aux alentours. Bon, allez, debout ! Tu commences à parler avec tes voisin.es de file. 99% de chance pour qu’ils/elles soient aussi addict que toi aux concerts. Tu refais les derniers concerts/festivals de l’année. Oui, Muse a vraiment abusé avec ce concert exceptionnel à La Cigale annoncé à l’arrache. Non, tu n’étais pas au Download festival l'année dernière mais il parait que Linkin Park a déçu et que Green Day a tout déchiré. Et oui, pas d’Arctic Mokeys prévu à l’horizon en France cet été, c’est dommage.

17h30. Le soleil est passé derrière Bercy et il fait vraiment vraiment froid. L’excitation monte, tu essaies de jauger avec le nombre de personne devant toi si tu seras à la barrière…

18h20. Ca y est ! Tes efforts ont été récompensés. Tu es à la barrière avec tes ami.es, tu as passé le vigile consciencieux mais un tantinet énervant qui a retourné ton sac à dos et ton manteau et tu as tapé le sprint de ta vie pour traverser la salle. Accessoirement, tu as retrouvé un doigt de pied et des doigts opérationnels.

19h40. Non vraiment le vigile devant toi a une tête beaucoup trop fermée pour la soirée de fête que tu vas passer. Tu te donnes pour mission de le faire sourire au moins une fois avant le début du concert. Les débuts de Hola ratés ne marchent pas bien… Au passage, le public du Stade de France est plus habitué aux holas que celui de Bercy. Cela doit être l’influence du lieu.

20h. Enfin, de la musique. La première partie commence. Tu ne connais pas la chanteuse, aucune parole, mais tu danses quand même. Intérieurement, tu te dis que l’adjectif « alternatif » accolé à « hip-hop » sur le descriptif est un euphémisme. Et que la balance des sons est pourrie. Comme à toutes les premières parties.

20h40. 30 min d’entracte. Trente longues minutes. Tu repères les instruments du groupe (la guitare dorée trop classe, la grosse caisse ou le piano tout décoré) et leurs positions futures. Tient, il y aura une deuxième scène ?

Une Hola pour la route ? Ah non, toujours pas.

Entre 21h20 et 23h30, tout est assez trouble. Tu sais que tu as beaucoup crié et chanté (plus de voix), beaucoup sauté et dansé (plus de jambe), que tu regardé les confettis tombés avec les yeux d’un enfant de 3 ans et tapé avec beaucoup d’entrain dans les ballons tombant du toit de la salle. Si le concert était plus agité, tu as participé (ou fui) aux pogos. Dans tous les cas, tu es vidé.e, déshydraté.e mais heureu.se. Tu es encore sous l’influence des endorphines et de l’adrénaline.

00h-1h. Tu es rentré.e chez toi, tu regardes les photos (floues) et les vidéo (avec le son saturé) que tu as essayé de prendre. Tu partages tout ça dans la discussion que tu as avec tes ami.es et membre de la famille qui étaient avec toi au concert.

A J+1 à J+6 mois, tu es sujet.te à des crises de PCD (Post-Concert depression). C’est difficile d’expliquer à ton entourage ce sentiment de nostalgie dès que tu entends la chanson que tu as entendue en concert. Certaines chansons te marqueront à jamais (Charlie Brown - Coldplay) et tu les évites les semaines après le concert pour éviter de re-déclencher une crise. D’autres te remettent dans un état second dès que tu les entends (Hall of Fame - The Script).

Charlie Brown - Coldplay

 

Hall of Fame - The Script

Tout concert dans le futur est bon à prendre, tu surveilles donc de près les actualités musicales. Même ce groupe dont tu as vaguement entendu parler semble intéressant à aller voir en concert. Tu envisages de poser une semaine pour suivre le groupe en concert à l’autre bout de l’Europe. Tu demandes à tes ami.es d’être ta voix de la raison (financière)… Avec plus ou moins de succès.

Je m'excuse d'avance pour ce texte écrit dans un état de fatigue avancé et après un retour à la réalité (et au boulot) brutal. Il pleut à Grenoble, il fait froid, les prochaines vacances sont dans trèèèèèèès longtemps et les prochains concerts aussi. Je me devais donc de partager mon addiction avec vous. Et vous quelle est votre relation aux concerts ?

4 comments
    1. Rocknpictures

      J’ai laissé quelques détails de côté quand même. On ne dévoilera pas tout.
      Je suis en pleine crise de PCD sinon, c’est horrible. Et toi ?
      Mais promis, on lancera une hola ensemble, au stade de france. Pour coldplay (2021), Muse ou iD !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *