Loading...
Chroniques d'albumsMusique

Freedom Child – The Script (2017)

Le groupe de rock irlandais a sorti un nouvel opus très attendu au 1er septembre 2017, intitulé Freedom Child.

Un nouvel album en rupture

Le dernier album du groupe remontant à 2014 avec No Sound Without Silence, autant dire que les derniers mois, riches en teasing et photos du groupe ont mis la communauté de fans du groupe en émoi. Dès le 9 janvier 2017, un premier extrait de Divided States of America, vite suivi d’un deuxième extrait de Written in the scars donnaient le ton: de nouvelles problématiques, une influence électro plus assumée mais surtout une volonté farouche de bousculer les choses ressortait.

Après près de 2 ans et demi loin de l’industrie musicale, le groupe avait à cœur de revenir petit à petit et avec un album annoncé dans l’air du temps et en rupture avec les précédents. Le premier single Rain a d’ailleurs beaucoup surpris, avec des influences clairement ragaetton. Avec leur générosité habituelle le groupe est même parti dans une mini-tournée anglaises avant la sortie de l’album.

L’EDM bien (trop ?) présente

L’identité du groupe était depuis le premier album bien définie: des textes véhiculant de l’émotion et des histoires faisant toujours écho à nos propres expériences, une guitare, un clavier, une batterie et la voix si reconnaissable de Danny O’Donoghue. Même si des titres comme Hall of Fame en collaboration avec Will.I.am, avaient déjà montré que le groupe aimait s’aventurer au delà de leur zone habituelle, des titres comme It’s not right for you ou No good in Goodbye venaient toujours amener un équilibre sur les albums studios.  

static1.squarespace.com.jpg
No Good in Goodbye en live – Crédits photo Peter Neill @ShootThesound

Ici, dès le premier titre No Man is an Island, les beats de l’EDM font leur apparition et ne partiront pas du reste de l’album. Une évolution que j’ai personnellement du mal à accepter.

Quelques pépites

The Script restant attaché à leur style d’écriture, toutes les chansons de ce nouvel album gardent des textes inspirants, avec une portée intéressante. Clairement les auteurs des textes n’ont pas changé, et ça fait du bien. Après avoir refusé sur les trois premiers albums d’aborder la politique, elle est ici abordée avec d’autres thèmes plus sérieux qu’à l’accoutumée comme le terrorisme, le suicide et les transgenres. Ainsi, les titres Divided States of America, Make up, Freedom Child ressortent le plus.

Un album à tester sur scène ?

Une des raisons qui m’a fait apprécier ce groupe pourtant peu connu en France est la proximité et la relations qu’ils ont avec leur fans, surnommés The Script Family. Cette relation particulière se voit particulièrement en concert, et chacun de leur spectacle est incroyable.

Welcome to the script family, baby !

Les chansons de ce nouvel opus ne feront pas exception et même si elles sont moins dans la fibre rock qu’habituellement, elles resteront de grands moments de concert live, sans aucun doute.

De la nouveauté, mais l’identité reste

Voilà, on attendait leur retour depuis très longtemps, ils sont là. Le nouvel album est de qualité et même s’il ne correspond pas forcément à mes attentes en termes de style, the script est de retour est c’est le principal. Les textes restent magnifiques et c’est ça qui importe ! Ils nous font même l’honneur de passer à l’Olympia le 27 février 2018 malgré leur popularité réduite en France. Une belle occasion à ne pas laisser passer !

https://open.spotify.com/embed/track/10Q0ftQ4n8lyBj8t423BSY

Put a flower on the top of a gun,…

 

 

One comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *