George Ezra – Le Trianon (Staying at Tamara’s european tour 2018)

George Ezra au Trianon à Paris (2018)

George Ezra a fait escale à Paris le temps d'une soirée pour présenter son deuxième album Staying at Tamara's. Dans un Trianon comble, il était accompagné de sa bande de musiciens. Récit d'une soirée pleine d'énergie et de joie communicative.

Naya au Trianon

18h: Il y a déjà du monde qui fait la queue pour rentrer dans le Trianon. D'ailleurs, le concert est complet, l'ambiance sera au rendez-vous à ne pas en douter.

19h45: La première partie de la soirée était assurée par Naya. Jeune auteure-interprète-compositrice, elle a tout de suite capté la curiosité de la foule lors de son entrée en scène. Malgré sa jeunesse, Naya nous a délivré une prestation d'expérience. Accompagnée de sa guitare, d'un home studio électronique et d'un looper, elle a enchanté le Trianon en quelques titres. Mention spécial pour Girl on the Moon et It doesn't scare me. Son style musical se trouve entre la pop-rock et l'électro-pop. Avec une présence sur scène déjà bien affirmée, elle fait parfois penser à Jain ou à Christine and the Queens. Quand on sait qu'elle a fait quelques dates en première partie de Jain, Mademoiselle K ou Fauve, on se dit qu'elle représente le futur de la pop française. Son premier EP, Blossom, est sorti en 2017. Une belle découverte, on attendra donc le premier album avec impatience.

George Ezra au Trianon

George Ezra au Trianon

20h15: La bande son d'attente est sympa sans mettre le feu au public de la fosse. Petit moment émotion lors du chant de Don't look back in Anger de Oasis. Tout de même. On reste toutefois loin de la communion du public anglais.

20h45: George Ezra rentre sur la scène avec tous les musiciens l'accompagnant (trombone, trompette, guitare, basse, piano pour la plupart des chansons) sous les applaudissements du public déjà très bruyant. Il entame rapidement Cassy O', titre de Wanted on Voyage. Le public connaît les paroles sur le bout des doigts, tout le monde est déjà en train de danser. Les gens sur les rangs assis des deux étages de balcon ne seront pas restés assis bien longtemps. En bref, l'ambiance est déjà au rendez-vous, il fait au moins +8000 dans la salle et George Ezra a prévu un set d'une efficacité redoutable.

George Ezra a une énergie et une bonne humeur qui se transmet facilement à son public. Entre deux chansons, il explique d'où viennent les titres de son nouvel album Staying at Tamara's et ses aventures à Barcelone. Le tout s'enchaine sans heurt, comme une mécanique bien huilée. La setlist est équilibrée, alternant titres du premier et du deuxième album. Get Away et Pretty Shining People sont (ac)clamés par le public. Après une une ballade plus calme et nostalgique de Saviour, l'ambiance repart de plus belle. Le public de la fosse se met même à sauter comme un seul homme sur les refrains de Paradise. Ce titre est décidément le titre phare du deuxième album.

Deuxième temps plus calme du concert: George Ezra entame Hold my Girl, titre émouvant du deuxième album, ainsi que All my love. Accompagnée par un violon, sa voix grave si particulière porte une émotion et une sincérité désarmante. Malgré le ton plus doux et nostalgique de ces deux chansons, le chanteur finit en adressant un grand sourire au public. Son charisme ne laissera personne indifférent ce soir. Un beau moment de communion avec le public.

Après avoir joué Shotgun, titre très dansant du deuxième album pour relancer l'ambiance, il est déjà temps du premier rappel. De retour sur scène, l'anglais entame avec une reprise du titre de Rudimental, These days, abondamment rejoint par le public sur les refrains. Le concert s'achève sur Budapest, titre mondialement connu depuis l'été 2014. George Ezra raconte que il n'y est, malgré les apparences, jamais allé et que ce n'est pas toujours facile de l'expliquer aux journalistes, notamment les hongrois. On peut le comprendre !

22h10: Le concert est fini. Bon, on ne vous mentira pas, il reste un goût de pas assez dans la bouche. A peine 1H30 de concert, c'est court. Surtout pour un artiste de cette trempe. A part cela, c'est une performance d'une grande efficacité que George Ezra est venu dérouler ce soir, devant un public déjà acquis à sa cause. Avec humilité, il a montré beaucoup d'empathie et de communication avec le public et a énormément donné: de l'énergie, de la joie et de l'enthousiasme. Ce fut un très beau concert. Pour sa seule date française de ce début d'année, Le Trianon avait fait salle comble. Il sera de retour à Paris en novembre, à quelques mètre de là: à La Cigale.

Setlist:

Cassy O', Get Away, Barcelona, Pretty Shining People, Listen to the Man, Saviour, Don't Matter now, Paradise, Song 6, Hold My Girl, All my Love, Blame it on me, Shotgun - These days (Rudimental cover), Leaving it up to you, Budapest.

Prochaine date:

1er novembre 2018 à La Cigale (Paris): billets déjà en vente.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *