Hiroshima, entre mer et terre

Dôme de la bombe H Hiroshima

Visiter Hiroshima, c'est inévitablement se replonger dans l'Histoire avec un grand H. Le tourisme local et le patrimoine culturel de la ville est construit autour du bombardement de la ville en 1945. Ainsi, le musée du Mémorial de la Paix est un must-see. Il y a aussi d'autres pépites à découvrir: de jardins à la japonaises magnifiques, au château plein de charmes.

Néanmoins, Hiroshima n'est pas facile à atteindre. Située à plusieurs heures au sud d'Osaka en Shinkansen, la visiter signifie faire des choix dans l'itinéraire classique d'un séjour découverte au Japon. Ces choix sont récompensés par l'incroyable richesse culturelle d'Hiroshima et par la visite du site exceptionnel de l'île de Miyajima.


La chanson

MUSE est un groupe de rock britannique qui n'est plus à présenter. Si les dernières productions du groupe ont été moins inspirées, une composition tirée de leur deuxième album Origin of Symmetry (avis personnel: l'un des meilleurs album jamais sorti) m'a particulièrement accompagnée dans l'écriture de cet article.

Meilleure version live, le concert mythique du groupe à Glastonbury en 2004.

Citizen Erased retranscrit bien les émotions qui nous ont traversées pendant la visite de la ville lors de notre passage en 2017: de la tristesse et de la colère face aux récits des survivants du bombardement mais aussi de l'admiration pour la sérénité et la dignité avec laquelle la société japonaise aborde ce passé douloureux.

Tramway d'un autre temps à Hiroshima

Note de voyage du 06 août 2017: Hiroshima est vraiment imprégnée par son passé. A chaque coin de rue du centre ville, on trouve des grues en origami, une stèle commémorative ou un autre souvenir du bombardement. Même les tramways nous ramènent aux années 50. Le monument de la Paix est visible de partout dans le parc du centre historique et culturel.

Jardin de Shukkeien

Château d'Hiroshima

Dôme de la bombe H Hiroshima

En amont d'Hiroshima, la rivière Ota se divise en plusieurs bras. Le centre culturel et historique de la ville se situe entre deux bras de cette rivière. Depuis la gare, il faudra donc traverser deux fois la rivière pour arriver au parc du Mémorial de la Paix au bout duquel se trouve le dôme de Genbaku, qui est devenu un symbole de la ville.

Une fois par an, le 6 août, les habitants de la ville se réunissent pour déposer des lanternes en papier sur la rivière. Cette cérémonie des lanternes est une soirée de commémoration des victimes du bombardement, ainsi qu'une manière de faire vœux de paix pour l'année à venir. Les enfants des écoles viennent construire leur lanterne, la décorer et les adultes aident à mettre à l'eau les lanternes allumés. C'est une belle soirée de partage inter-générationnel à laquelle nous avons eu la chance d'assister.

La cérémonie de lanternes à Hiroshima

Note de voyage du 06 août 2017: C'est assez incroyable la chance qu'on a depuis le début du voyage. 2ème jour de voyage, 2ème évènement extraordinaire. Ce soir on a assisté à la cérémonie des lanternes. C'était vraiment beau (et difficile à photographier). Il y avait tellement de monde !

Dans le parc du Mémorial de la Paix se trouve le musée éponyme. Le musée est actuellement en rénovation, mais l'aile du bâtiment qui est restée ouverte a été très bien aménagée. Tous les aspects du bombardement sont abordés: de l'explication scientifique sur la composition chimique de la bombe, au programme américain jusqu'aux conséquences immédiates et à long terme. La partie la plus émouvante se trouve au rez-de-chaussée. Il y a plusieurs témoignages de destin d'enfants, illustrés avec des dessins, des fournitures scolaires ou d'autres objets du quotidien de l'époque. Les conséquences de l'après bombardement y sont plus longuement développées. J'y ai appris qu'une partie de la ville avait été transformée en ghetto. Le gens n'ayant pas les moyens de se soigner et d'avoir accès à l'eau et aux sources d'énergie de manière sûre y étaient entassés.

tickets d'entrée à Hiroshima
La légende de Sadako est née après le bombardement. La tradition de plier 1000 grues en origami (que l'on retrouve dans les temples) vient de là.

Bref, nous sommes ressorties avec ma cousine de cette visite retournées. Nous avons marché jusqu'au centre commercial à côté en silence complet, sous la pluie. Nous avons vraiment recommencé à reparler de façon libre et spontanée en arrivant à Miyajima, plusieurs heures après.

Il y a deux autres endroits qui nous ont complètement conquises à Hiroshima. Le premier est son château. Au Japon, il y a un château de ce type d'architecture présent dans chaque ville. Celui d'Hiroshima n'est pas le plus le grand, mais il est en bois et a gardé une architecture un peu plus ancienne. Le parc autour est agréable, on peut y découvrir un temple récent ainsi que les remparts dont les tours de garde sont toujours jolies.

Remparts du château

Château d'Hiroshima

A deux pas du château, on entre dans le jardin de Shukkei-en. Ce jardin fut longtemps la propriété d'un seigneur local. Créé au 17ème siècle, il a été ouvert au public en 1940. 5 ans plus tard, il fut rasé par la déflagration puis reconstruit. Un chemin permet de faire le tour de l'étang, chaque méandre du parcours permet de découvrir une nouvelle vue sur le jardin. C'est un joli symbole de renaissance pour la ville. C'est un lieu très agréable, apaisant, un peu comme chaque jardin japonais visité jusqu'ici. Un havre de paix en plein centre urbain.

Note de voyage du 06 août 2017: Encore une fois, on se balade sous la pluie. Ils ont annoncé une alerte typhon pour les 48 prochaines heures, mais je crois qu' Hiroshima est seulement sur le bord. Pour l'instant c'est gérable. Le jardin est vraiment beau et calme, c'est un changement apprécié après l'arrivée et l'agitation d'Osaka. Une belle parenthèse.

Il y a une spécialité culinaire à goûter ABSOLUMENT à Hiroshima ! Les okonomiyakis (littéralement "faire griller ce que vous voulez") sont la version japonaise des crêpes françaises. A une base constituée de pâte avec du choux japonais, le client choisit une garniture: de la viande, des légumes, des fruits de mer... Osaka a aussi une version des okonomiyakis. Je crois avoir compris que la différence entre les deux spécialités locales se situe dans la façon de mélanger les ingrédients: en couches successives ou tout mélangé. Une bonne adresse à tester: Nagata-ya (proche du parc du Mémorial de la Paix). Les prix sont abordables, mais attention à l'attente pour pouvoir y manger. Il y a souvent la queue devant le restaurant.


Informations pratiques

Hébergement:

Hiroshima Hana Hostel: 3400Y/nuit/pers pour une chambre privée pour 2. Proche de la gare, centre culturel accessible à pied.

Transport:

1h30 en Shinkansen Sakura et 2h13 avec le Shinkansen Hikari depuis Shin-Osaka.

Bus et Tram sur place disponible. JR Pass utilisable dans certains d'entre eux.

 

Au prochain épisode, on partira pas si loin d'Hiroshima, sur l'île de Miyajima. C'est un lieu extraordinaire qui vaut vraiment le coup de se déplacer jusque là-bas.

Quel est votre souvenir d'Hiroshima ? Comment avez-vous ressenti le souvenir du bombardement ? Pour nous, ça a été très prenant pendant notre visite, lourdement chargé en émotions.

3 Replies to “Hiroshima, entre mer et terre”

  1. Vous avez eu de la chance d’avoir pu assister à la cérémonie des lanternes. J’imagine que ça vous a pris aux tripes de voir ces petites lanternes lumineuses voguer lentement au gré du courant. Au-delà du symbole et de l’histoire qu’elle représente, Hiroshima a l’air de proposer de bien belles choses, entre le château en bois et le parc.

    1. Oui, c’était totalement non préparé, c’est la dame de l’auberge de jeunesse qui nous a prévenues ! C’était magnifique… Avec la visite du mémorial le lendemain matin, on a mis du temps à digérer la visite d’Hiroshima. Mais c’était un beau moment. Oui, c’est une super ville, un peu trop réduite au mémorial et à Miyajima…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *