Loading...
FestivalsMusique

Lollapalooza – Paris (Juillet 2017)

La première édition parisienne du fameux festival américain

Le festival Lollapalooza a vu le jour en 1991 aux USA, créé par le chanteur du groupe Jane’s addiction, Perry Farrell. Après une longue tournée de 6 ans à travers l’Amérique du Nord, le festival disparait en 1997. En 2003, une tentative avortée de ré-organisation du festival échoue (manque de monde, places trop chères). Finalement, depuis 2005, le festival est devenu un rendez-vous habituels à Chicago des grands noms de la musique rock, hip-hop, rap et électronique. 

A partir de 2011, le festival a commencé à s’exporter en Amérique du Sud (Chili, Brésil puis Argentine) pour finalement atteindre l’Europe en 2015 à Berlin. Les 22 et 23 juillet 2017 étaient les premières dates en France du festival.

Une programmation impressionnante

Le festival accueille habituellement les stars actuelles de l’industrie musicale et l’édition parisienne n’a pas fait exception. 4 scènes réparties sur l’hippodrome de Longchamps ont accueillies des artistes de tout genre: des basses de l’EDM, aux guitares des groupes de rock en passant par les rimes et la verve des rappeurs. La soirée de samedi était clôturée par Imagine Dragons, The Weeknd et London Gramma. Dimanche soir, les headliners des quatre scènes étaient DJ Snake, Lana Del rey et les Red Hot Chili Peppers. Bref, de la programmation sensationnelle et du spectacle assuré !

Une organisation au top

Qui dit grosse programmation d’un festival américain dont la réputation n’est plus à faire, dit foule et grosse exigence d’organisation. Les portes étaient ouvertes à 11h-11h30 pour des concerts qui commençaient vers 12h40. Timing parfait pour arriver, faire un tour stratégique des food trucks, se placer devant la scène intéressante de ce début d’après-midi et pro-fi-ter. L’entrée, le contrôle des tickets et gestion de la file d’attente ce sont fait sans accro et avec efficacité. Le système cashless présent sur les festivals depuis quelques temps à également permis des achats beaucoup plus facilement.

La découverte de l’esprit festival et des découvertes en pagaille

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en allant en festival pour la première fois. J’ai adoré. J’ai passé une après-midi et une soirée complète dans une douce euphorie totalement addictive. Quelque gouttes de pluie, mais comme on dit: « festival pluvieux, festival heureux ». J’ai trouvé le meilleur remède au blues du travail ennuyeux et pas intéressant du stage de plein été !

Une journée entière à passer de scène à scène et à s’ouvrir à plein de nouveaux artistes et de nouveaux genres musicaux. Voici une petite revue de mes coup de coeurs:

Jeremy Loops

C’est un chanteur et guitariste sud-africain accompagné sur scène par un bassiste et un rappeur. Il a sorti son premier album studio Trading Change (2016 en France) dont les titres Down South, See I wrote it for you et Higher Stakes nous transportent dans son afrique du sud natale. Il a également fait la première partie des Twenty One Pilots sur la partie européenne de leur tournée « BlurryFace ». J’aime beaucoup Down South, un super titre pour mettre de bonne humeur et danser :). 

The Hives

Ladies, Gentlemen, Ladies and gentlemen, Laissez moi vous présenter un groupe rock des plus déjanté. Connus pour leur attitude folle sur scène et leur humour particulier, ce groupe suédois dans les parages depuis 1993 met le feu sur scène en quelques minutes. De bonnes guitares puissantes, de bons rythmes rock et une envie de sauter pendant 1h30 non stop ! Tick Tick, Boooooom !

Quand est-ce qu’on recommence ?

Premier regret, ne pas avoir posé un jour de congé au laboratoire le lundi pour pouvoir rester et profiter aussi du dimanche. Étant venue principalement pour voir le groupe de rock américain de Las Vegas, je n’avais pris qu’un pass 1 jour pour le samedi.

J’ai été comblée par leur prestation: (très) grosse présence sur scène, setlist équilibrée entre les trois albums studios (Night Visions, Smoke + Mirrors et Evolve) et une foule au taquet. La joie, l’énergie folle (et habituelle) et l’émotion du chanteur ont été galvanisantes, on a chanté (faux), dansé, sauté et (beaucoup) crié. L’émotion s’est brusquement intensifié quand la foule a chanté en coeur Demons, dédiée par le chanteur du groupe à Chester Bennington, le chanteur de Linkin Park, décédé 48h plus tôt.

Quelques instants après la fin du concert, je n’avais que deux choses en tête: prendre des places pour les dates de la tournée européenne de l’album Evolve (C’est chose faite entre temps) et réserver des places pour l’édition de l’année prochaine du LollaParis 2018 :).

J’appréciais beaucoup la musique et la personnalité des membres du groupe avant de venir, je sais aussi maintenant qu’ils sont en valeur sûre en concert. 

Un petit rattrapage ?

3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *