Printemps Solidaire – Paris (Septembre 2017)

Un festival solidaire

En 1970, une décision de l’Assemblée générale des Nations Unies a engagé les pays économiquement développés à aider les pays en voie de développement à hauteur de 0,7% de sa richesse (PNB) dans les dix prochaines années. Près de 47 ans plus tard, la France donne seulement 0,38%, loin derrière l’Allemagne, la Suède, la Norvège, le Royaume-Uni, le Danemark et le Luxembourg qui ont respecté leur engagement. Le but du mouvement derrière ce festival est de faire bouger les lignes pour que notre gouvernement respecte son engagement.

Après un premier évènement d’ampleur avec une manifestation-concert le 16 avril sur les Champs-Élysées, le mouvement Printemps Solidaire a remis ça le 17 septembre à la concorde avec un meeting-festival de musique. L’occasion de faire un geste solidaire en signant la pétition et de profiter d’une dernière journée dans l’ambiance festival.

Des petits nouveaux, des discours inspirants et des classiques

De nombreux artistes avaient répondu présent pour cette journée place de la concorde. En tête d’affiche, le génial guitariste et chanteur -M-, mais aussi le groupe Archive, Tryo, C2C, Metronomy, Naive New Beaters, Berywam, Danakil,…

Les passages de chaque musicien étaient assez restreint (20min), pour permettre l’alternance avec les speakers invités à un rythme soutenu sur toute la journée. Petit tour des découvertes musicales et des performances.

Berywam

Dans les premiers groupes a passé sur scène, le collectif Berywam a tout de suite étonné et amené un peu d’animation. Le groupe, composé de beatboxer de talent nous a fait profiter de plusieurs de leurs titres de leur premier E.P éponyme (Berywam – 2017) ainsi que d’un mash-up de tubes d’Eminem tout à fait remarquable !

Si vous appréciez le style, je vous invite à aller voir la reprise de MB14 (l’un des membres du groupe) de Believer d’Imagine Dragons ou bien de Gansta’s Paradise de Coolio. Splendides !

Naive New Beaters

« Hey, tu fais du bruit, please ? » Voilà, en deux secondes l’ambiance était donnée. Le groupe français est un doux mélange décalé de folie et d’énergie rock. Avec une façon bien particulière de s’adresser à la foule et une attitude un peu nonchalante, le groupe a tout de suite capté l’attention du public. Des titres de leur nouvel opus A la folie (2016) ont majoritairement constitué leur setlist, avec notamment Heal Tomorrow en collaboration avec Izia.

Ca donne envie de chalouper non ?

Tryo

« C’est l’hymne de nos campagnes, de nos rivières, de nos montagnes,…« . Le temps de 20-25 minutes, la foule a repris en coeur les titres les plus connus (L’hymne de nos campagnes, Désolé pour hier soir, l’opportuniste, Greenwashing,…) du groupe français qu’on ne présente plus. Avec des revendications plus que jamais d’actualité, les textes du groupe ont particulièrement raisonné cette après-midi sur la place de la concorde. Un moment de communion.

Pour le plaisir 🙂

Un marathon de la musique

Pour des raisons climatiques et d’organisation, je n’ai pas pu rester pour le reste du programme. J’avais pourtant très très envie de voir C2C, -M-, Archive, mais ce n’est que partie remise. -M- a été retransmis en direct sur facebook en soirée et a délivré un concert magnifique avec une belle place à la guitare.

En conclusion, avec des set de 20 minutes par artiste entre 12h et 22h, le programme était dense et très très intéressant. En plus de passé un très bon moment en musique, ce genre de festival permet aussi de participer à la prise de conscience nécessaire aux problématiques liées à la solidarité et au développement durable.

Que du bon !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *