Takayama, au cœur des alpes japonaises

Temple à Hida no sato - Takayama

Peu de gens pensent au Japon comme un pays alpin. Pourtant, la culture montagnarde y est autant présente qu'elle ne l'est en France. La chaîne de montagnes présente au centre du pays est même nommée "Alpes japonaises" en référence à la chaîne de montagnes européennes. L'une des premières villes touristiques de cette région est Matsumoto. Elle est connue pour son Château du Corbeau (Karasu-jo), surnommé ainsi pour sa couleur noire, qui est l'un de plus beaux du Japon. Nagano est aussi connue pour avoir accueillie une partie de JO d'hiver de 1998. Takayama (littérallement, "Haute Montagne") est un peu moins connue, malgré ses atouts culturels et son environnement remarquable.


La chanson

Imagine Dragons est un groupe indie-rock de Las Vegas. Plutôt connu pour des musiques électro-rock qui tournent en boucle sur les radios ces derniers temps grâce à leur troisième album Evolve, ils ont dans un premier temps réalisé des chansons un peu différentes (ici, provenant de leur premier album Night Visions)  dont les versions acoustiques sont extraordinaires.

It's Time incite à l'évasion et au départ en voyage et c'est exactement ce qu'on ressentait au moment de partir pour Takayama. Un irrépressible besoin de s'enfuir de la vie urbaine oppressante de Nagoya et sa banlieue pour retrouver la nature.

Vue en panorama sur la ville de Takayama

Les ponts rouges de Takayama

La vie animée des rues de Takayama

Notes de voyage du 16 juillet 2016: Ce mois de juillet est plutôt occupé: entre les week-end à Nara et celui de prévu la semaine prochaine au Mont Fuji, on ne s'ennuie pas ! Cette fois-ci, on profite d'un week-end de trois jours pour aller découvrir Takayama, à 3 heures de bus de Nagoya. Arrivés sur place avec la fine équipe au complet vers 10h, on a commencé par aller se dégourdir les jambes au parc Shiroyama. Il fait beau mais moins chaud qu'à Okazaki et ça fait du bien ! On a fini par suivre le sentier de découverte de l'est de la ville: le Higashiyama walking course. Comme d'hab', on s'est paumés deux fois. Je crois qu'on n'est vraiment pas doués avec les cartes japonaises. Ils ne mettent jamais le nord en haut de la carte !

Loin de l'atmosphère parfois étouffante et pesante des grandes métropoles japonaise, Takayama est une ville à taille humaine (C'est même plutôt un village à l'échelle japonaise, en fait...). Elle est parfois comparée à Kyoto pour le nombre de temples qui s'y trouvent. Les petites ruelles du centre historique sont les plus jolies. De vieilles maisons en bois bordent la route, les canaux sont joliment aménagés. C'est une immersion dans l'ambiance des films de Miyazaki ("Le vent se lève") ou du Japon d'il y a quelques dizaines d'années.

Il existe un itinéraire spécialement pensé par l'office du tourisme pour découvrir agréablement les temples bouddhistes et les sanctuaires shinto de la ville: le Higashiyama walking course ou Higashiyama Teramachi. Il fait 3,5km et sillonne l'est de la ville.

Il existe aussi plusieurs musées :

  • Takayama jinja: ce bâtiment était la demeure du damiyo lorsque la province était sous la gouvernance du clan Kanamori. Il a été construit en 1612 et a été géré par les autorités locales jusqu'au XIXème siècle.

Takayama jinja et son entrée impressionnante

  • Le Musée d'Histoire locale a une intéressante collection d'objets du quotidien et liés à l'artisanat ancien et actuel.
  • Il est possible de visiter certains ateliers appartenant aux boutiques de saké de la ville. Takayama est reconnue pour faire du bon saké dans la province de Gifu.

Les canaux de Takayama

Les ponts rouges de Takayama

Jolie fleurs au parc de Shiroyama

Parc de Shiroyama

Petit champignon du parc de Shiroyama

Les petites ruelles de Takayama sont envahies plusieurs fois par semaine par des marchés. Ainsi, près de la rivière Miyagawa, plusieurs dizaines de petites boutiques vendent de la nourriture, des objets artisanaux et des souvenirs un peu plus communs. L'objet traditionnel de Takayama est le Sarubobo. C'est une amulette en forme de poupées rouges, habituellement confectionnées par les grands-mères pour leurs petites-filles pour leur porter chance une fois quitté le domicile familial.

Un japonais en train de cuisiner sur le marché

Nourriture sur les marchés de Takayama

Nourriture sur les marchés de Takayama

Une grand-mère gardant sa boutique sur les marchés

Note de voyages du 18 juillet 2016: On s'est levé un peu plus tard aujourd'hui, on a passé toute la matinée à fouiner sur les étales du marché de la rivière Miyagawa. Hubert a absolument tout goûté. TOUT ! Bien qu'il y ait pas mal de stands avec des fruits séchés, il y avait des choses nettement plus ... bizarres ? 

A une vingtaine de minutes du ventre-ville se trouve le musée folklorique de Hida no Sato. Dans un parc boisé, des maisons traditionnelles de différentes époques de la région ont été reconstituées ou même, dans certains cas, déplacées telles qu'elles étaient. Faites en chaume et en bardeaux, elles sont d'une taille impressionnante. A l'intérieur de chacune d'elle se trouvent tous les objets nécessaires à un artisan: sculpture sur bois, travail de la laque, faire des gâteaux de riz, apprendre les rudiments de la charpente de ces maisons,... Un peu à l'écart de la ville, c'est un bel endroit qui mêle le culturel à l'agréable.

Hida no Sato - le musée folklorique

Les objets artisanaux de Hida no Sato

Les maisons de Hida no Sato

La structure particulière des toits en chaume et bardeaux

La forêt du parc de Hida no Sato

Proche de Takayama, se trouve la vallée de Kamikochi. En 1 heure de bus on se retrouve catapulté dans une vallée alpine. La seule (petite, micro, nano, insignifiante) différence est à propos des habitants de la vallée... Ici, on peut croiser en liberté des singes, des castors et des ours. NO BIG DEAL. Les précautions habituelles vous sont donc rappelées à chaque opportunité: faire du bruit, ne pas s'aventurer en cas de pluie seul sur les chemins et ranger sa nourriture.

La vallée offre des possibilités de randonnées variées: de la balade sur le plat qui fait le tour de la rivière à celle qui grimpe au col qui surplombe le village de Kamikochi. Les paysages sont magnifiques et ils justifient à eux seuls le déplacement. C'est un lieu assez fréquenté par les touristes japonais et internationaux. En été, vous ne serez jamais seuls à arpenter les chemins.

Singes de Kamikochi

La brume à Kamikochi

Notes de voyage du 17 juillet 2016: Bon, on nous avait promis des montagnes enneigées... C'est raté. Il pleut des cordes depuis le début de la journée. Les appareils photos survivent tant bien que mal au mélange 25°C, 99% d'humidité. La rencontre avec les singes a été un peu inattendue, on se disait qu'ils étaient tous cachés avec ce temps. C'est fou la magie de ce genre de rencontre qui efface l'environnement extérieur. On a bien dû rester 1h sur ce pont à regarder les plus jeunes jouer.


Informations pratiques

Logement: Auberge de jeunesse J-Hoppers de Takayama (Une chaîne fiable avec un bon rapport qualité-prix). Proche de la gare

Transport: Accessible en bus depuis plusieurs villes dont Nagoya et en train. Sur place, tout peut se faire à pieds.

Repas: Deux bonnes adresses en centre-ville.

  • Mikado (). Restaurant traditionnel avec des menus accessibles qui proposent le boeuf de Hida. Petit, souvent plein le soir.
  • Heianraku (). Tenu par un couple de japonais super sympatiques ! L'accueil est au top, le menu diversifié et SUPER BON !

6 Replies to “Takayama, au cœur des alpes japonaises”

    1. Merci :).
      C’est vrai que c’est une partie moins mise en avant du Japon. Pourtant, il y a vraiment de superbes endroits.
      Et c’est libérateur de s’enfuir quelques temps de l’hyper-urbanisation des grandes métropoles japonaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *