Loading...
FranceRandonnées

Blanc comme … La Vallée blanche #EnFranceAussi

Pour ce nouveau thème d'#EnFranceAussi, j'ai décidé de partager avec vous l'un de mes meilleurs souvenirs en montagne. Pour mes 18 ans, j'avais demandé à mes parents une expérience un peu particulière: mon souhait était de descendre la Vallée Blanche. C'est un itinéraire de ski alpin sur le glacier de la Mer de glace situé au dessus de Chamonix. Je vous emmène donc pour un aller simple vers le sommet de l'aiguille du midi !

Comme d'habitude, je vous propose un petit accompagnement musical pour la lecture de cet article: j'aime beaucoup ce morceau Mountain Sound de Of Monsters and Men, un groupe islandais. Il reflète très bien les émotions que j'éprouve en montagne: sérénité et excitation.


Précautions

C'est un itinéraire de haute montagne qui comporte des risques certains. Chaque année, plusieurs skieurs sont piégés par les nombreuses crevasses du glacier ou des chutes de séracs. Les précautions élémentaires d'alpinisme sont obligatoires (connaissances du milieu, baudrier, corde, arva, sonde). S'y rendre avec un guide est également fortement conseillé. Le site de la ville de chamonix donne de précieux conseils pour l'organisation d'une telle sortie.

L'aventure commence en bas de la vallée. Rdv devant le téléphérique de l'aiguille du midi vers 8h pour prendre la première benne. On fait la connaissance de notre guide, un monsieur bien sympa proche de la cinquantaine et très dynamique (Dixit un de ses (jeune) collègue à la fin de la journée: "il est dans sa crise d'ado' en ce moment, j'espère qu'il n'a pas été trop ingérable !") . On ne va pas s'ennuyer !

On récupère les tickets et on prend le temps de s'équiper (baudrier, chaussures de ski) avant de se mettre dans la file pour les bennes. Il fait super beau, la journée s'annonce magnifique. Évidemment, par un tel temps, nous ne sommes pas tout seul à attendre la première remontée.

Arrivés en haut à 3840m, nous prenons notre temps pour s'habituer à l'altitude (Noooon, on ne cours pas dans les escaliers !) et profiter du panorama de fou qui s'étend devant nous.

La première étape de la descente (et c'est aussi la plus flippante) est l'arrête de sortie de l'Aiguille du midi. Après avoir passé le petit portillon dans le tunnel, il y a 50-100m à franchir avec à gauche 1000m de vide et à droite le glacier qui s'étend en contrebas.

Heureusement, celle-ci est équipée en saison avec des petites cordes, des piquets et des marches taillées dans la neige (glacée à une telle altitude). Plus la matinée avance et plus le nombre de personne en file indienne dans ce passage augmente. Si vous voulez avoir le temps de le passer tranquillement, je ne peux que conseiller d'y monter assez tôt. De même, j'ai vu quelques personnes porter des pointes (de type crampons légers) sur les chaussures de ski pour se rassurer pendant la descente. Si j'y retourne, j’investis dedans !

Il n'y a pas encore trop de monde sur l'arrête.... mais ça va arriver !

Arrivés sur le glacier, la partie fun peut commencer ! A vos skis, on attaque la descente !

Le groupe de vainqueurs... Ahem.

Les premiers virages de la descente se font tranquillement: la neige est de très bonne qualité et la pente plutôt douce. Les traces sont déjà faites par les skieurs précédents. Tout le groupe profite de la meilleure sensation qui existe en ski: cette impression de flotter dans du coton lorsqu'il y a 10-15cm de neige fraiche et de n'avoir aucun effort à faire pour glisser. On s'arrête régulièrement pour étudier le panorama autour de nous: le Mont-Blanc, le Mont-blanc du Tacul, le Refuge des Cosmiques, Hellbroner, Le grand Capucin, Les Pleïades...

Le guide nous propose ensuite de sortir un peu des traces classiques pour s'aventurer sur une pente un peu plus pentue avec plus de neige. Au bout de 3 virages, le groupe perd déjà la moitié des skieurs le nez dans la neige (je ne suis vraiment pas douée dans la poudreuse), on finira donc la descente jusqu'au refuge de la Dent du Requin sagement dans les traces principales. En passant par la "Salle à manger", on approche des premiers gros groupes de séracs qui ressortent de la neige. Et c'est impressionnant !

La fin de la descente se fait en alternant de longs moments de faux-plats descendants et des zigzags entre les rochers. C'est le milieu de la saison, mais la neige commence à manquer sur le bas du parcours. Il faut d'ailleurs remonter à pieds pour atteindre la piste forestière qui redescend (à ski si l'enneigement le permet) sur Les Planards.

Cet article fait partie de la collaboration entre blogueurs du collectif #EnFranceAussi lancé par Sylvie du blog Le Coin des Voyageurs. Ce mois-ci, le thème "Blanc comme ... " a été lancé par Virginie du blog Les Aventures d'Arthur et Thibaut. Foncez lire les autres participations !

32 comments
  1. Barbier Martine

    J’avoue que j’ai été impressionnée par cette descente de ski de la Vallée Blanche, les paysages y sont vraiment sublimes. Merci pour cette belle balade à l’Aiguille du Midi, vraiment une belle aventure ! C’est sûr qu’il vaut mieux avoir des petites connaissances avant de s’aventurer en montagne.

    1. Rocknpictures

      Merci pour ton commentaire !
      Oui, c’est une belle aventure. Le guide est plus ou moins obligatoire je pense, à moins de vraiment connaître le coin. Mais c’est vraiment une expérience à essayer une fois :p.

  2. MILLA@LaGalerie

    Dire que j’étais toute fière parce que j’ai fait genre … 500m en hors piste weekend dernier … Sa c’est vraiment un truc que je ferai jamais je pense (malgré le paysage à couper le souffle !!!)
    Belles photos ! Tu les a prises avec quoi ? (je ne me verrai pas y monter mon reflex !)

    1. Rocknpictures

      Ca se fait bien en fait ! Et comme les traces sont déjà faites 90% du temps, ce n’est pas aussi dur que la poudreuse pure. Je suis super nulle aussi en poudreuse :p.
      Prises avec un compact résistant, c’est un mix entre mes photos et celles de mon père quand je suis en train de skier. Je n’aurais pas pris mon reflex non plus. Je ne le prends pas pour aller aux 7 laux ou à Chamrousse alors pour aller à l’aiguille du midi…

      1. MILLA@LaGalerie

        Pour les stations juste à coté sa va, car je connais et je n’y ski pas la journée complète. En fait, le weekend dernier, même avec le crétin de snowboarder qui m’est rentré dedans, mon reflex n’a rien eu (je kiff mon sac à dos ! )

  3. Sylvie

    Ne skiant pas du tout, tu ne risques pas de me voir faire cette descente… Par contre j’ai déjà pris ce téléphérique à plusieurs occasions pour des randos dans le coin, et aussi pour la traversée de la vallée blanche en télécabine jusqu’à la pointe Hellbronner en Italie : c’est vraiment magique ! Je comprends donc tout à fait que dans un environnement aussi grandiose tu te sois éclaté lors de cette sortie. Pour nous, c’était en été et nous avions pris la 1ère benne avec les alpinistes histoire de voir le lever du soleil là-haut. On avait vu les alpinistes partir et prendre le petit passage que tu décris : très très impressionnant ! Bravo à toi donc et merci pour les jolis souvenirs de ce coin que tu fais resurgir à la surface…

    1. Rocknpictures

      Merci à toi pour ta visite ! Je n’ai pas encore fait trop de randos (enfin, ça devient de l’alpinisme non en partant de l’aiguille ?), mais àa me plairait bien. Passer la nuit au refuge des cosmiques doit être incroyable si le temps est dégagé, les photos qu’on doit pouvoir faire !

  4. Virginie C.

    Merci pour ces bons souvenirs 🙂 Je l’ai descendue, il y a… 10 ans ouch ça rajeunit pas… On avait oublié de réserver la benne et on est parti à 12h !! 😀 . La descente est bien sympa, mais j’avoue que connaissant les lieux l’été, j’ai toujours du mal à skier tranquille sur un glacier… J’aime bien être encordée mais là c’est pas possible ! Dans le style, je te conseille les vallons de la Meije à la Grave. C’est super aussi !

    1. Rocknpictures

      Ah, je suis pareil. Je suis jamais aussi rassurée en skiant sur le glacier (surtout en regardant les photos du refuge de la dent du requin, ou en attendant l’hélico tourné au dessus). J’ose même pas imaginer la descente à ski encordées :p. Ah je connais pas du tout ce coin là, je garde cette idée dans un coin de la tête, merci ! On va peut-être la refaire cette année avec ma soeur et un ami de la famille aspirant guide, je croise les doigts que les conditions soient au rdv !

    1. Rocknpictures

      C’est super à faire, oui !
      Pas trop difficile, un paysage incroyable et ça dure une grosse demi-journée. Hors des sentiers battus, je ne sais pas. C’est un itinéraire très très fréquenté, surtout pendant les vacances scolaires. Mais, ça vaut vraiment le coup :).

  5. Sabrina

    Quel grand moment cela doit être. Cette sensation de liberté, (enfin j’imagine) en prendre plein les yeux et accessoirement manger un peu neige. Merci Claire.
    Au fait la musique est bien sympa.
    A bientôt.

    1. Rocknpictures

      Merci pour le retour sur la musique :).
      Ouais, c’était vraiment sympa ! Ouais, une séance de ski sans manger de la neige, ce n’est pas une vraie séance de ski !

    1. Rocknpictures

      Tu peux redescendre en télécabine, il y a plein de gens qui montent juste pour la visite et la vue là-haut :). Ca vaut le coup quand le temps et la vue sont au rendez-vous, c’est magnifique !

  6. Pauline

    Ça a l’air magnifique cette vallée ! Et je suis bien contente que tu y sois allée pour faire ces belles photos parce que ça fait beaucouuuuuup trop haut pour moi ^^ Merci pour cette belle balade enneigée (et pour la découverte de la musique, c’est très sympa !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *